Réduire la taille de la police
Agrandir la taille de la police
Revenir à la taille de police initiale
Le dimanche 30 Avril
Après-midi jeux

Le lundi 1 Mai
Tournoi du B.O.C

Le dimanche 7 Mai
Elections présidentielles

Vous devez disposer du lecteur flash pour voir le nuage de tags.
 
Culture & patrimoineHistoireLa révolution, l'Empire (suite)

Des coups de feu sont échangés dans la nuit autour du village et une avant-garde royaliste est repoussée.

La troupe légaliste de Villefranche vient au secours des baziégeois et elle est très mal reçue: on lui refuse le logement et même de l'eau pour boire.
Devant cette attitude sans équivoque, les élus et les républicains se retirent à la suite de la troupe villefranchoise.
Leur exil dura huit jours. Le village ne fut pas investi par les troupes royalistes mais occupé par des forces républicaines imposantes.
La répression ne fut pas sanglante; quelques semaines de prison suffirent à calmer les plus exaltés. Mais elle fut plus insidieuse : lors d'un remodelage des cantons, Baziège fut exclue des chefs-lieux au profit de Montgiscard.

Estadens, maire, lors de ses séjours à Baziège, essaie de réconcilier les factions en leur faisant sentir "la nécessité d'abjurer leurs erreurs, de renoncer aux anciens préjugés, de pardonner leurs ennemis, de ne faire qu'à l'avenir qu'une seule famille de frères."
Les Bonapartistes ne semblent pas avoir trouvé trop de partisans dans la commune. Seuls treize citoyens se déplacèrent et votèrent, en 1804, pour l'Empire à vie et héréditaire.
Le Consulat et l'Empire furent pour Baziège une période de transition.

Il va falloir de plus en plus de soldats à l'Empereur et de nombreux jeunes baziégeois vont être désignés pour rejoindre les armées.
Quelques-uns vont se cacher pour éviter la conscription et gendarmes et agents municipaux vont leur faire la chasse tout en essayant de convaincre leurs parents de les retrouver...

A la fin de l'Empire, en 1814, Baziège va être témoin des "derniers morts de l'Empire".
Les armées anglaises de Wellington talonnent l'armée de Soult, venant d'Espagne et se voulant se diriger vers Castelnaudary sans combattre dans Toulouse.
Les avant-gardes françaises essaient de percer le blocus anglais de Toulouse. Le 11 avril après-midi, la cavalerie de Soult affronte dans la plaine de Ste Colombe, près de la chapelle, la cavalerie anglaise qui doit se replier.
Le front anglais est percé et les armées de Soult peuvent passer. Les morts anglais furent ensevelis dans un champ qui aujourd'hui encore porte le nom de "cimetière des anglais".
Quelques jours plus tard, une partie de l'armée anglaise cantonne à Baziège, comme dans tous les villages de la vallée de l'Hers.
Le nouveau conseil municipal écrit à Wellington et, tout en le remerciant d'avoir débarrassé la France et le monde du tyran usurpateur, lui demande réparation pour les dégâts occasionnés aux champs et aux récoltes par le passage et le stationnement des troupes.

Début de l'article
retour au sommaire L'essor du XXe siècle
Nous contacter
Téléchargements
Services d'urgences
Carte interactive
Liens utiles
Vos démarches à Baziège


Coordonnées de la commune - 05 61 81 81 25

Accès au site des jeunes baziégeois Accès au site internet
des jeunes baziégeois:

Accès au site des jeunes baziégeois
S'abonner aux actualités Sicoval Plan du site Mentions légales Cosiweb - Agence de communication et création de site internet sur Toulouse